Comme Leclerc entra aux Invalides, avec son cortège d’exaltation dans le soleil d‘Afrique et les combats d’Alsace, entre ici, 4 par 2 productions, avec ton terrible cortège de géniaux et déglingués saltimbanques trentemousins, mais pas que, c’est certain. Avec tes projets qui murmurent dans les salles et têtes obscures, avec, ce qui est peut-être plus épatant ou étonnant, c’est selon, avec, disais-je, les treize articles de ton association qui rappellent sans les nommer mais tout en leur faisant un gigantesque clin d’œil, les quatre vingt neuf articles de la déclaration des droits de l’homme mais aussi les dix ou douze ou treize commandements (ça dépend des versions, mais c’est pas importion) sans parler des sept merveilles du monde qui s’étalent ici et là, ou plutôt là qu’ici, mais en toute liberté, tel des truites sauvages qui n’oseraient demander leur chemin, rue Soulas, rue de la Californie, Rue Tabagas… mais aussi place des Filets, place Nette… enfin, faut voir !

      Entre ici, donc, avec tes membres fondateurs, tes membres d’honneur, tes membres bienfaiteurs, tes membres actifs… et je n’oublie pas les passifs, oh que non !

      Entre ici, 4 par 2, avec tous tes articles mais aussi tes sujets et compléments d’objet direct ou indirect. Exemple : Tu (sujet) connais (verbe) 4x2 (COD) ? Si tu connais, c’est bien. Sinon, on va t’apprendre à connaître mais donne nous d’abord le numéro de ta carte bancaire afin de t’affilier à … à la nôtre !

      Entre ici, donc, 4 par 2, avec les montants de tes cotisations, les subventions de… de qui déjà ? … bref, avec les dons manuels et pas seulement espagnols, avec les dons issus du tissu social savamment dosé dans la mesure du possible…

      Entre ici, 4 par 2, avec ton cortège imposant : ton assemblée générale, ton conseil d’administration, ton bureau, tes collèges de fondateurs sans parler des lycées, écoles élémentaires, crèches et autres structures en devenir.

      Entre ici, 4 x 2 avec ta présidente issue en priorité du collège municipal du restaurant des îles de la Haute Ile où l’on mange très bien et pour pas cher, ton trésorier webmaster et ta secrétaire dont la communication n’a d’égal que la maison de retraite 4 par 2 qu’elle s’apprête à construire pour les artistes les plus murs de l’association éponyme

      Entre ici, 4 x 2 avec ton jazz band, tes petites chanteuses et tes petits chanteurs à la croisée des chemins pour le plus grand bonheur des oreilles et des yeux du grand peuple de France, j’ai nommé : Costik, Eugène Plaisir, Les frères Landreau, Desrose, G et Morange’s Dubois Brothers… qui « ont tous ce point de géographie en commun » (comme le dit si bien Gérald Dhine) : Trentemoult les Bains.

      Entre donc, nom de Dieu, avec ton souci permanent d’aider au développement, à la promotion, et à la diffusion des projets de ce mémorable (de lapin) collectif d’artistes locaux que nous venons de citer trois lignes plus haut, ce conglomérat détritique composé de « chansons, de pop, d’indus-électro, de trad.breton revisité, avec toujours en fond d’écran le grain de folie et d’autodérision qui caractérise » (comme le dit si bien Gérald Dhine) ses composantes et composants !

      Entre, ne te fais pas prier, avec ton désir de promouvoir et de faire connaître au peuple de Trentemoult, de France, du Monde, mais aussi de l’Univers Impitoyable qui nous entoure, le Chapman Stick à travers l’organisation d’un événementiel gigantesque et flamboyant, sorte de commémoration de la naissance perpétuelle de l’instrument, à Rezé et plus particulièrement chez nous, à Trentemoult.

      Entre, bordel, parle-nous de la mutualisation des compétences, rappelle-nous ce que Carnot disait aux soldats de l’an II, « on est plus fort à plusieurs qu’à un » (discours de Caha), ce que Victor Hugo a chanté à ses Misérables, « Tous ensemble, tous ensemble, nous partirons à l’aube, enfin quand on sera réveillés », ce que Jacquet prônait en 1998 : « Le collectif, les gars, c’est le collectif qui gagner nous fera ! »

      A l’heure où, telle une armée de phacochères sournois et disgracieux, la crise tente d’étouffer ton chant que j’entends cependant poindre et murmurer comme un chant de complicité, puis psalmodier dans le brouillard des Vosges et du parc Fauchard, dans les brumes d’Alsace et celles de Port Lavigne, mêlé au cri perdu des moutons des tabors et des kastafwertz de babord, affirme, comme les bazzokas de Corrèze qui avançaient à la rencontre des chars de Rundstedt, affirme ton collectif tel l’étendard planté au sommet du Grand Mulot malgré le vent, la tempête et le Petit Mulot, affirme ton identité et clame-la fort contre les rocs : 4 par 2, ça fait 4 par 2, et picétout !

      Ecoute aujourd’hui, jeunesse de France, ce qui se fait de mieux par chez nous, et de par le fait, par chez vous, de lumineux, d’intelligent, de drôlatique…et faut bien l’avouer, pour de modestes deniers (d’autant que nos formules sont avantageuses : six groupes pour le prix de cinq, quatre groupe pour le prix de trois, et ainsi de suite… consultez nos menus)

      Oui, entre ici, 4 par 2, et ton céleste cortège de saltimbanques avisés, pose tes valises et ouvre-les, joue-nous tes airs simples ou compliqués, raconte-nous des histoires simples ou compliquées, fais nous rire et pleurer et chanter… et merci de nous offrir, en t’écoutant, le nouveau visage de la France !



      André Marlowe,
Discours d’intronisation de 4 par 2 productions,
29/02/09, Parc Simon Cussonet, Place de l’église, Taurel, Eure


         ***